D’après le dernier rapport de Roll Back Malaria (partenariat de l’OMS contre le paludisme), la mobilisation sans précédent de la communauté internationale et les investissements massifs depuis le début des années 2000 ont permis des résultats extrêmement importants et encourageants. Le nouveau rapport 2013 de Roll Back Malaria estime que 3.3 millions de vies ont ainsi pu être sauvées lors des 12 dernières années.

Mais le paludisme, maladie parasitaire transmise par le moustique, continue de frapper majoritairement et très durement les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes, personnes les plus vulnérables à cette infection et reste la cause d’environ 627 000 décès par an. 90% de ces décès concernent l’Afrique.

Prévention et Traitements
IMG_0007

© The Global Fund / John Rae

Les dernières estimations de RBM indiquent que le taux de mortalité a été diminué de 45% dans le monde et de 49% sur le continent Africain, depuis 2000. Le taux d’incidence mondial a diminué de 29%. De telles avancées ont pu être réalisées grâce à l’augmentation drastique de la lutte anti-vectorielle – pulvérisation intradomiciliaire (PID) et la distribution de moustiquaires imprégnées d’insecticide longue-durée (MIILD) -, des tests de diagnostics et de la mise à disposition de combinaisons thérapeutiques à base d’artémisinine (ACT). A ce jour le Fonds mondial a financé plus de 200 programmes destinés à la lutte contre le paludisme à hauteur d’environ 8 milliards de dollars US. Ceci a permis, entre autres, la distribution de 360 millions de moustiquaires MID à travers le monde depuis la création de cette organisation. 

Défis

Le nombre de cas de paludisme et de décès liés à cette pandémie reste encore trop important. Le récent rapport de RBM estime que 1300 enfants de moins de 5 ans meurent chaque jour des suites de cette infection.

De plus, des résistances se développent – le parasite devient résistant à l’artémisinine, produit qui est au cœur des seuls traitements efficaces, et le moustique développe des résistances aux insecticides utilisés. Or, forts des leçons qui ont pu être tirées par le passé, on sait que ralentir les efforts dans la lutte contre cette pandémie, qu’ils s’agissent de la mise à disposition de ressources ou de mobilisation politique, pourrait très rapidement anéantir tous les progrès obtenus au cours de 10 dernières années. Les avancées de la lutte contre le paludisme, si elles sont spectaculaires, sont donc tout aussi fragiles.

Enfin, si les derniers résultats sur le vaccin contre le paludisme sont encourageants, son développement reste pour le moment expérimental et sa mise à disposition pour toutes les populations en ayant besoin demandera des ressources supplémentaires conséquentes.

En savoir plus :

Share This