Présentation

_D4B4264.JPG

© The Global Fund / John Rae

Le sida, la tuberculose et le paludisme sont l’un des obstacles majeurs pour que toutes les populations dans le monde accèdent à des conditions de santé et de qualité de vie adéquates. Elles détruisent les progrès économiques effectués et menacent la cohésion sociale de nombreux pays.

Pour mettre fin à ces épidémies dont la propagation mettait en danger la stabilité de nombreux pays, il fut décidé qu’il était urgent de pouvoir mobiliser massivement des fonds afin de permettre une approche radicalement différente.

C’est en ce sens que fut créé le Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme en janvier 2002, avec pour mission de réunir, distribuer et contrôler des ressources qui soient additionnelles aux sources de financements déjà existantes localement.

Le Fonds mondial en quelques chiffres

VIH

6,6 millions de personnes bénéficient actuellement d’une thérapie antirétrovirale pour traiter le VIH. Elles étaient 1,4 millions fin 2007.
Pour la seule année 2013, c’est 1.8 million de personnes en plus qui ont bénéficié d’une thérapie antirétrovirale.

Tuberculose

11,9 millions de nouveaux cas de tuberculoses à frottis positifs ont été détectés et traités. Ils étaient 2,9 millions fin 2007.
Pour la seule année 2013, c’est 1,5 millions de personnes qui furent dépistées et traitées.

Paludisme

410 millions de moustiquaires imprégnées ont été distribuées pour protéger les familles contre le paludisme. On en comptait 46 millions fin 2007.
Pour la seule année 2013, c’est 50 millions de moustiquaires imprégnées qui furent distribuées.

Source :

Bilan des résultats et de l’impact, Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, Avril 2013

Mid-2014 Results, Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, Juillet 2014

Les principes du Fonds mondial

Le Fonds mondial est, depuis sa création, gouverné par un ensemble de principes qui guident et structurent sa stratégie et son fonctionnement. Ces principes fondateurs font du Fonds mondial une institution modèle dans le champ de la gouvernance internationale. Ils déterminent les orientations stratégiques et de gestion du Fonds mondial.

1. le Fonds mondial est une organisation internationale à vocation de financement de programmes. Ce n’est pas un opérateur technique et il ne dispose pas de personnel ou de bureau dans les pays. Des opérateurs locaux mettent en œuvre les programmes qu’il finance. Le Fonds mondial articule son action à celle de l’ensemble des acteurs bi et multilatéraux intervenant dans le domaine de la santé

2. Le Fonds mondial est construit sur des principes de partenariats qui associent gouvernements donateurs et bénéficiaires, société civile et communautés atteintes, fondations et secteur privé

3. Le Fonds mondial vise à lever des ressources additionnelles ce qui inclut également la mobilisation des ressources domestiques des pays bénéficiaires

4. Le Fonds mondial promeut et finance l’ensemble des moyens d’action propres à lutter efficacement contre les maladies en prévention, diagnostic, traitement, suivi, et accompagnement médico-social

5. Les pays bénéficiaires des financements du Fonds mondial sont responsables des priorités de santé et des besoins qu’ils définissent eux même selon une approche multi-partenariale

6. Les financements accordés par le Fonds mondial et leurs renouvellements s’opèrent sur la performance et la qualité des résultats obtenus

7. La stratégie de financement du Fonds mondial poursuit un objectif d’équité qui vise à agir spécifiquement pour ceux qui en ont le plus besoin, en intégrant le niveau de pauvreté du pays, le poids de la maladie et l’ensemble des moyens disponible pour lutter contre la maladie

8. Les programmes sont financés sur la base d’une évaluation sincère produite par un comité d’experts indépendants

9. Le fonctionnement général du fonds mondial et les financements qu’il accorde sont transparents et accessibles directement sur le site du Fonds mondial. Chaque niveau de décision et de mise ne œuvre des programmes rend compte de sa gestion et de ses résultats

Une organisation partenariale

Le Fonds mondial est, depuis sa création, un mécanisme financier unique de mobilisation de ressources publiques et privées à l’échelle internationale pour combattre les trois maladies parmi les plus meurtrières dans les pays en développement : le sida, la tuberculose et le paludisme.

Les partenariats constituent le fondement même du modèle du Fonds mondial.
Son caractère novateur dans le champ du développement et de la santé globale, tient notamment au fait que sont associés à sa gouvernance des gouvernements, des organisations de la société civile, le secteur privé et les communautés de personnes atteintes et affectées par la maladie.

Ces partenariats existent à tous les niveaux du fonctionnement et de la gestion du Fonds mondial. Il s’agit notamment des partenariats avec :

. Les instances de coordination nationale
. La société civile
. Le secteur privé
. Les partenaires techniques de développement
. Les donateurs
. Le réseau des Amis du Fonds mondial

Un mécanisme de financement basé sur la performance

Le système de financement des programmes proposés par les pays, basé sur la performance est au cœur du modèle de fonctionnement du Fonds mondial.

Celui-ci s’articule autour de trois étapes :

1. Collecter. Le Fonds mondial collecte en permanence de nouveaux fonds afin d’augmenter de manière significative les ressources qu’il alloue pour lutter contre les trois maladies

2. Investir. L’argent ainsi collecté auprès des donateurs est redistribué aux bénéficiaires (institutions gouvernementales, ONG, secteur privé) en vue du financement des programmes à mettre en place – c’est aujourd’hui plus de 1000 programmes dans 151 pays

3. Contrôler. Les résultats des activités liées aux subventions sont mesurés par rapport à des indicateurs de performance et ces résultats sont utilisés pour les décisions de financement en cours et à venir. Il est essentiel d’apporter la preuve que la subvention du Fonds mondial est performante pour obtenir de nouveaux financements auprès des donateurs

Les modalités de fonctionnement et de gestion du Fonds mondial permettent d’apporter aux pays un soutien financier transparent, efficace et ciblé .
Les programmes proposés par les pays eux-mêmes au travers des instances nationales multi-partenariales de coordination (CCM), sont évalués par un comité technique et scientifique international indépendant (TRP) puis financés sur la base de leur performance, selon les progrès réalisés et des objectifs atteints.

Le financement basé sur la performance a pour objectif de s’assurer que les décisions de financement reposent sur une évaluation transparente des résultats par rapport aux objectifs (résultats et délais) décidés collégialement.

La stratégie du Fonds mondial

La stratégie du Fonds mondial pour 2012-2016 : investir pour maximiser l’impact

Tandis que l’échéance de 2015 pour la réalisation des OMD (Objectifs du Millénaire pour le Développement) approche, le Fonds mondial a décidé de faire évoluer sa stratégie pour capitaliser sur les avancées programmatiques et scientifiques récentes et s’est fixé comme objectif de sauver 10 millions de vie et d’éviter 140 à 180 millions nouvelles infections par le VIH, la tuberculose et le paludisme entre 2012 et 2016, et de contribuer ainsi massivement aux efforts internationaux en matière de santé.

Pour cela, le Fonds mondial a choisi d’ « investir pour maximiser l’impact » à travers cinq objectifs stratégiques :

1. Investir de manière plus stratégique en ciblant les domaines où il est possible d’obtenir un impact élevé, et en favorisant une coordination avec les stratégies nationales des pays
2. Faire évoluer le modèle de financement pour allouer les fonds de manière plus rapide, plus souples et plus efficace
3. Œuvrer à une mise en œuvre efficace des subventions par une gestion plus active et une meilleure collaboration avec les partenaires
4. Promouvoir et protéger les droits de l’homme qui sont l’une des conditions à une lutte efficace contre les maladies
5. Préserver les acquis et mobiliser de nouvelles ressources

Nouveau modèle de financement

Le nouveau modèle de financement du Fonds mondial fait partie intégrante de sa stratégie pour maximiser l’impact de ses investissements. Avec ce nouveau modèle de financement, il offre aux bénéficiaires de subventions un calendrier plus souple et un meilleur alignement de la mise en œuvre des projets avec les stratégies nationales tout en rendant le niveau de financement disponible plus prévisible.

L’interaction et le dialogue avec les porteurs des projets et les partenaires se verront renforcés tout au long du processus de subvention et de la mise en œuvre des programmes, afin d’obtenir le meilleur impact possible à l’échelle locale et mondiale.
La transition vers ce nouveau modèle de financement qui se concrétisera en 2014 dès que le montant du financement disponible pour la période 2014-2016 sera connu, a débuté en 2013.
L’accès aux financements durant cette phase de transition se fait sur invitation et concerne tout particulièrement les pays en mesure d’obtenir des résultats rapides, ou ceux dont les services risquent d’être interrompus, et encore ceux qui reçoivent actuellement moins de crédits que ce à quoi ils pourraient prétendre en vertu des principes d’allocation du nouveau modèle de financement.

Pour en savoir plus : Visitez la page du Fonds Mondial dédiée au Nouveau Modèle de Financement

Le financement du Fonds mondial

Les experts internationaux estiment à 15 milliards de dollars US par an le budget qu’il faudrait pour assurer pleinement la prévention et le traitement des trois épidémies à l’échelle mondiale.
L’apport du Fonds mondial ne représente qu’une partie de ces besoins, mais a réussi au cours des années, par son mode de décaissement des fonds et son contrôle de leur utilisation, à faire une différence significative sur le terrain.
Le Fonds mondial fait appel à la contribution financière de tous les secteurs de la société : gouvernements, secteur privé, fondations philanthropiques et particuliers.
Les gouvernements sont les premiers bailleurs du Fonds mondial. Ils apportent environ 95% de ses financements. L’apport du secteur privé n’est pas négligeable dans une lutte où toute aide est importante avec notamment, au-delà des contributions directes, les co-investissements dans les projets menés dans les pays.

Reconstitution des ressources

Chaque programme que le Fonds Mondial finance, bénéficie d’un suivi tant en termes de résultats que de possibilités pour le pays de capitaliser sur les succès obtenus et de les généraliser.
Aussi est-il impératif que le Fonds mondial puisse prévoir le montant des ressources dont il pourrait bénéficier pour les prochaines années à venir.
C’est dans cette perspective de prédictibilité, que le Conseil d’Administration du Fonds mondial a adopté un mécanisme triennal de reconstitution des ressources.
Ainsi, tous les trois ans, se tient la conférence des donateurs du Fonds mondial au cours de laquelle les bailleurs font une promesse de don pour une nouvelle période de trois ans.
La 4e conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial se tiendra fin 2013 avec l’objectif d’obtenir 15 milliards de dollars US de promesses de financement.

Financements innovants

Le Fonds mondial cherche à diversifier ses sources de financement et travaille ainsi à développer des partenariats originaux générateurs de financements innovants qui viennent s’ajouter aux donations traditionnelles.

Debt2Health : des pays donateurs ont accepté d’annuler une partie de la dette de certains pays en développement en contrepartie d’un engagement de ces pays à réallouer une part du montant qu’ils aurait dû payer à des programmes de santé publique qu’ils mettent en œuvre sur financements du Fonds mondial.

L’indice Dow Jone Global Fund 50 : cet indice mesure les résultats des plus grandes entreprises qui soutiennent la mission du Fonds mondial. Une partie des recettes provenant des droits de licence est reversée au Fonds mondial

Les dernières publications du Fonds Mondial :

Nouveau modèle de financement
L’Union Européenne et le Fonds mondial

 

Les Actualités du Fonds Mondial

Share This