La tuberculose est la deuxième maladie infectieuse la plus mortelle au monde après le VIH. Souvent appelée la « maladie du pauvre », elle affecte essentiellement les jeunes adultes (15-59 ans) vivant dans des situations de précarité. 95% des décès dus à la tuberculose ont lieu dans les pays en développement. Stop TB, le partenariat de l’OMS contre la tuberculose, estime à 8.6 millions le nombre de nouveaux cas de tuberculose en 2012 et à 1.3 millions le nombre de décès des suites de cette infection pour la même année (dont 320 000 personnes co-infectées par le VIH).

Prévention et Traitements
_D4B3334.JPG

© The Global Fund / John Rae

La tuberculose est une maladie qui peut être traitée et guérie. Depuis 1993, les Etats membres de l’OMS reconnaissent la stratégie Stop TB basée sur le traitement DOTS (traitement de brève durée sous surveillance directe) comme stratégie essentielle pour lutter efficacement contre la tuberculose. Cette stratégie permet également de tracer le nombre de cas de tuberculose traités avec succès à travers le monde et établir une cartographie solide de l’état de l’épidémie – 51 millions de cas depuis 1995

Depuis sa création, le Fonds mondial par les financements qu’il apporte, a permis de diagnostiquer et traiter 11 millions de cas de tuberculose, favorisant ainsi l’accélération très importante du nombre de cas diagnostiqués et traités dans le monde. A ce jour, il fournit environ 82% des financements internationaux contre la tuberculose.

Défis

En dépit des efforts de la communauté internationale pour accélérer la lutte contre cette pandémie, Stop TB estime que 3 millions de personnes sont porteuses de la tuberculose et l’ignorent.

De plus, Le bacille de la tuberculose peut devenir résistant aux traitements utilisés pour guérir la maladie (l’isoniazide et la rifampicine étant les deux antituberculeux les plus puissants). Le nombre de cas de tuberculose multi-résistante (TB-MR) continue d’augmenter depuis plus de 5 ans. Les traitements disponibles pour lutter contre la TB-MR sont souvent limités notamment en raison de leur prix plus couteux que le DOTS. D’après le rapport 2013 de Stop TB seul 25% des personnes diagnostiquées avec une TB multi-résistante ont pu être diagnostiquées à ce jour.

Enfin la question de la co-infection VIH/TB est une autre priorité dans le domaine. Les personnes atteintes du VIH sont beaucoup plus vulnérables aux risques de contracter la tuberculose. De plus, les personnes sous traitements doivent souvent faire face à des questions d’interactions médicamenteuses, les antituberculeux et les traitements anti-VIH présentant différents problèmes de compatibilité entre eux, néfastes pour les patients. En 2012, 13% des 8.6 millions de personnes ayant développé un cas de TB étaient porteuses du VIH/sida – 75% d’entre elles se trouvent sur le continent Africain.

Le besoin de nouveaux traitements, de recherche sur le vaccin et de nouveaux financements reste donc une priorité et une urgence pour mener la lutte contre la tuberculose à son terme.

En savoir plus :

Share This