Le renforcement des systèmes de santé des pays, notamment des pays les plus pauvres, est au cœur des réflexions et des interventions en matière de Couverture Sanitaire Universelle. Il s’agit de favoriser l’accès à la santé de toutes les personnes qui en ont besoin par une offre de soins de qualité, équitable, accessible financièrement et géographiquement et centrée sur la personne elle-même.

Des systèmes de santé solides, alliés à des prises en charge communautaire coordonnées, sont la garantie d’une réponse globale, durable et équitable aux problèmes de santé des populations et plus spécifiquement aux menaces de santé publique que constituent le sida, la tuberculose et le paludisme, et plus généralement les épidémies nouvelles qui pourraient émergées.

Contribuer à construire des systèmes de santé résistants et durables tout en luttant contre les trois épidémies, fait partie des objectifs stratégiques prioritaires du Fonds mondial.

L’Organisation mondiale pour la Santé à identifié 12 secteurs majeurs qui fondent des systèmes de santé de qualité, et le Fonds mondial identifie parmi eux sept priorités de soutien :

Les systèmes et réponses communautaires ;
La santé reproductive et maternelle, infantile, de l’adolescent et du nouveau-né au sein de plateformes intégrées ;
Les systèmes nationaux d’approvisionnement et de distribution des médicaments et produits de santé ;
Les ressources humaines en santé ;
Les systèmes de collecte et de gestion des données et les capacités nationales d’analyse des données ;
Les stratégies et plans nationaux généraux ou spécifiques de santé ;
La gestion et le pilotage financier.

Au-delà de la réponse à apporter aux trois épidémies, les investissements dans le renforcement des systèmes de santé, ciblent des faiblesses qui affectent l’ensemble de la prise en charge des problèmes de santé des populations. Une telle approche contribue à l’amélioration de l’intégration des programmes nationaux de lutte contre les trois maladies dans l’ensemble du système de santé du pays et optimise les résultats et l’impact de ces programmes.

De la même façon, l’intégration des réflexions et du travail communautaire dans la prise en charge de la santé des populations, en centrant sa démarche sur les personnes elles-mêmes, favorise l’accès aux soins des populations les plus vulnérables et marginalisées très souvent exclues des circuits d’information et des systèmes de santé traditionnels.