communiqué de presse

CREDOC – Les Français et la lutte contre le Sida la tuberculose et le paludisme 14 09 2010

Les semaines qui viennent vont être cruciales pour les populations des pays les plus pauvres.

Du 20 au 22 septembre prochains, les dirigeants de la planète se réuniront aux Nations Unies pour décider des actions à mener pour soutenir les progrès vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement et honorer ainsi la promesse faite d’un monde meilleur malgré un contexte de crise économique et financière.

Les 4 et 5 octobre, se tiendra la réunion de reconstitution des financements du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme qui en huit ans d’existence a eu un impact majeur sur les maladies les plus meurtrières du monde en développement avec 5,7 millions de vies sauvées par les interventions qu’il soutient.

Les engagements financiers que prendront les pays développés seront décisifs pour la poursuite des succès engrangés dans la lutte contre ces maladies et la pauvreté qu’elles induisent.

Dans la perspective de ces grands rendez-vous internationaux, les Amis du Fonds Mondial Europe ont demandé au CRÉDOC d’étudier la sensibilité de la population française à l’aide apportée à la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme dans les pays en développement. Cette analyse repose sur un ensemble de questions intégré au baromètre « Conditions de vie et Aspirations des Français ».

Dans un contexte où la crise économique aurait pu inciter au repli sur soi, force est de constater que les Français n’oublient pas la solidarité internationale et se sentent très concernés par les pandémies qui dévastent les pays les plus pauvres. Deux personnes sur trois considèrent, en 2010, que la France doit venir en aide aux pays en développement et selon l’opinion, l’intervention de l’Etat doit se concentrer principalement sur deux problèmes vitaux : la lutte contre la faim et le combat contre les maladies graves — en particulier le sida.

Une majorité de Français défend l’idée d’une France exemplaire pour aider les pays en développement à lutter contre le sida, la tuberculose et le paludisme, considérant que la France doit contribuer plus que les autres pour combattre ces pandémies. 43% des Français se disent même prêts à payer plus de taxes qui seraient directement affectées à cet objectif et soutenir ainsi les pays en développement dans leur combat contre ces trois maladies.

Ainsi, malgré ces temps de crise, toute augmentation de l’engagement financier de la France au bénéfice des pays les plus pauvres pour lutter contre le sida, la tuberculose et le paludisme, fera écho à la solidarité internationale des Français et à la priorité qu’ils donnent au combat contre ces trois maladies ravageuses du monde en développement.

 

Caractéristiques techniques de l’enquête

L’étude présentera l’analyse des réponses aux questions insérées, à la demande des Amis du Fonds Mondial Europe, dans la vague de juin 2010 de l’enquête du CREDOC sur les « Conditions de Vie et les Aspirations des Français ». Cette étude apporte des éléments de réponse aux interrogations sur les attitudes de la population française vis-à-vis de la lutte conter le sida, la tuberculose et le paludisme. L’enquête a été réalisée en « face à face », en juin 2010, auprès d’un échantillon représentatif de 2 011 personnes, âgées de 18 ans et plus, sélectionnées selon la méthode des quotas. Ces quotas (région, taille d’agglomération, âge – sexe, PCS) ont été calculés d’après les résultats du dernier recensement général de la population. Un redressement final a été effectué pour assurer la représentativité par rapport à la population nationale de 18 ans et plus. Une note de synthèse présentant les principaux résultats de l’enquête sera disponible sur demande à compter du mardi 14 septembre.

 

Share This