De toutes les maladies transmises par les moustiques, le paludisme demeure l’un des fléaux majeurs des pays les plus pauvres – de l’Amérique du Sud à l’Asie du Sud-est, en passant par l’Afrique subsaharienne où surviennent 90% des décès dus à la maladie. Le paludisme affecte négativement le développement économique, sanitaire et social de ces pays, en particulier dans les zones rurales.

Le contrôle vectoriel figure parmi l’arsenal des moyens pour prévenir la transmission et diminuer le poids de la maladie. Différentes méthodes de lutte contre les vecteurs existent pour prévenir et réduire les contacts entre l’homme et le moustique, de la pulvérisation d’insecticide à effet rémanent à l’intérieur des habitations (IRS), à l’utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticides de longue durée (MIILD) et au contrôle larvaire et à l’aménagement de l’environnement. La combinaison des moyens de lutte contre le vecteur du paludisme, associée à la prise en charge par les traitements combinés à base d’artémisinine (ACT) constituent des éléments clefs de l’approche intégrée de lutte contre la maladie et ont permis d’obtenir des résultats encourageants dans de nombreux pays endémiques.

L’objectif définit pour la lutte antivectorielle par le Plan d’Action Mondial contre le Paludisme du Partenariat Roll Back Malaria, mis en œuvre notamment dans les programmes financés par le Fonds mondial de lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme, est d’atteindre une protection de 80 % des personnes à risque d’ici à 2010 grâce aux MIILD, aux pulvérisations intradomiciliaires et, dans certains cas, à des mesures environnementales et biologiques. L’objectif de la lutte vectorielle est d’interrompre durablement la transmission ou de réduire la population de vecteurs dans des proportions telles que la maladie n’est plus un problème de santé publique, ni un obstacle au développement socio-économique.

Si le contrôle vectoriel a connu un véritable essor ces cinquante dernières années avec la fabrication des insecticides de synthèse, contribuant ainsi à l’éradication du paludisme en Europe et en Amérique du Nord, il a cependant été confronté à des échecs, en particulier en Afrique subsaharienne, qui est aujourd’hui la région du monde la plus touchée. La résistance des moustiques à de nombreux insecticides, les pratiques agricoles, les changements environnementaux, ont conduit à repenser les stratégies de contrôle des populations de vecteurs dans un cadre plus intégré tenant compte des évolutions écologiques, climatiques, démographiques et économiques.

La conférence « Optimiser les moyens du contrôle vectoriel dans la lutte intégrée contre le paludisme : de la recherche à la mise en œuvre », organisée par les Amis du Fonds Mondial Europe propose d’appréhender et d’identifier, par une approche interdisciplinaire, les multiples enjeux du contrôle vectoriel dans les stratégies actuelles de lutte contre le paludisme et de leur déploiement en plan d’action.

Objectifs de la conférence : consolider la place du contrôle vectoriel au sein des stratégies intégrées de lutte contre le paludisme, dans le plaidoyer et la mobilisation générale contre cette épidémie. 

(1) Identifier les enjeux actuels du contrôle vectoriel dans le cadre des différents outils existants (MIILD, IRS, contrôle larvaire, assainissement).

(2) Identifier les besoins et les défis à surmonter pour la réalisation du Plan d’Action Mondial contre le Paludisme et étendre la couverture de ces outils à l’ensemble de la population à risque, notamment en termes de mobilisation politique, de plaidoyer, d’évolution des cadres réglementaires régionaux et internationaux, de financements, de recherche publique et privée, de partenariats, et de mise en œuvre sur le terrain.

(3) Renforcer les interactions interdisciplinaires et mettre en lumière les connexions entre agriculture, environnement et santé publique en milieux rural et urbain dans la lutte contre le paludisme.

PROGRAMME DE LA CONFERENCE

Introduction : Michèle Barzach, Ancien Ministre, Présidente, Amis du Fonds Mondial Europe.

TABLE RONDE I : LA PLACE DU CONTROLE VECTORIEL PARMI LES DIFFERENTS OUTILS DE LUTTE CONTRE LE PALUDISME : QUELLE STRATEGIE AUJOURD’HUI DANS LE CONTEXTE DES GRANDS ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX ?

Modération : Pr. Patrice Debré, Ambassadeur français chargé de la lutte contre le VIH/SIDA et les maladies transmissibles.

[1] « Evolution de la stratégie intégrée en matière de contrôle vectoriel dans la lutte contre le paludisme. Sa place dans le Plan d’Action Mondial contre le Paludisme ». Pr. Awa-Marie Coll-Seck, Directrice exécutive du Partenariat Roll Back Malaria.

[2] « Etat des lieux du contrôle vectoriel dans la lutte contre le paludisme : répondre aux enjeux contradictoires entre santé humaine et risques environnementaux ? » Dr. Jonathan Lines, Coordinateur du contrôle vectoriel et de la prévention, Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

 Débats avec la salle

 

TABLE RONDE II : AVANCEES ET PERSPECTIVES DE LA RECHERCHE SUR LE CONTROLE VECTORIEL ?

Modération : Pr. Umberto d’Alessandro, Département de parasitologie, Institut de Médecine Tropicale Prince Léopold d’Anvers, Belgique

[1] « L’état de la recherche sur les principaux outils du contrôle vectoriel : panorama et principaux enjeux. »  Fabrice Chandre, Laboratoire de lutte contre les insectes nuisibles, Institut de Recherche pour le Développement (IRD). Responsable de l’équipe lutte antivectorielle et du centre collaborateur de l’OMS pour l’évaluation des insecticides en santé publique.

[2] « Les recherches sur le génome du moustique : une alternative à moyen terme ? » Pr. Kenneth Vernick, Unité de Génétique et génomique des insectes vecteurs, Institut Pasteur.Annulée

[3] « Contrôle du paludisme et débats sur le DDT » Tamara Giles-Vernick, Institut Pasteur, Université du Minnesota (Minneapolis, USA).

[4] « Recherche sur les insecticides et apports des partenariats public-privé »  Frédéric Baur, Global Head Vector Control, Syngenta / Innovative Vector Control Consortium

[5] «  Moustiquaires imprégnées d’insecticide de longue durée et aspersion intradomiciliaire : les enseignements tirés de la recherche opérationnelle pour la mise en œuvre et la promotion de ces interventions » Natacha Protopopoff, Spécialiste du contrôle vectoriel, Malaria Consortium, Ouganda

[6] « Stratégie intégrée du contrôle du vecteur : du développement de nouveaux outils à la mise en œuvre sur le terrain » Dr. Jonathan Lines, Coordinateur du contrôle vectoriel et de la prévention, Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

Débats avec la salle

 

DEJEUNER

TABLE RONDE III : LES LIENS ENTRE AGRICULTURE ET PALUDISME : UNE OPPORTUNITE INTERDISCIPLINAIRE POUR REDUIRE LE POIDS DE LA MALADIE ?

Modération : Dr. Etienne Hainzelin, Directeur de la recherche et de la stratégie, Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD)

[1] « Contrôle du paludisme en milieux rural et urbain » Dr. Wim Van Bortel, Département d’entomologie, Institut de Médecine Tropicale Prince Léopold d’Anvers, Belgique

[2] « Transmission du paludisme en ville et incidence de l’agriculture urbaine » Vincent Robert, Directeur de recherche, Unité de Recherche Caractérisation et contrôle des populations de vecteur, Institut de Recherche pour le Développement, IRD

[3] « Les interactions entre paludisme et agriculture : réduire l’incidence du paludisme & accroître la productivité agricole des pays endémiques  ». Dr. Felix A. Asante, Senior Research Fellow and Head of Economics Division, Social and Economic Research, Institute of Statistical, University of Ghana

Débats avec la salle

[4] « Utilisation des pesticides pour l’agriculture et résistances du vecteur dans le contrôle du paludisme » Pr. Martin Akogbeto, Directeur du Centre de recherches entomologiques de Cotonou (CREC), Bénin, Cotonou

[5] « Le contrôle vectoriel dans les programmes de lutte contre le paludisme au Bénin et la coordination avec les secteurs de l’agriculture et de l’environnement. » Pr. Dorothée Kinde Gazard, Professeur agrégée de Parasitologie Mycologie, Ancien Ministre de la Santé Publique du Bénin, Ancien coordonnateur du PNLP, Présidente du CCM Fonds Mondial.

Débats avec la salle

Conclusions : Michèle Barzach, Présidente, Amis du Fonds Mondial Europe

Share This