Au cours des dix dernières années, le contexte et la gouvernance de la santé mondiale se sont très profondément modifiés. L’implication grandissante des entreprises privées dans les enjeux de santé et de développement, à la fois dans les pays et au sein des grandes organisations internationales en santé, constitue un des facteurs les plus marquants de ces transformations.

L’entreprise privée dispose de moyens d’action et de soutien, aujourd’hui bien connus et expérimentés, pour contribuer à la lutte contre les épidémies de VIH/sida, tuberculose et paludisme : soutien financier ou en nature aux organisations internationales en santé et / ou aux programmes d’intervention dans les pays, stratégies de prix préférentiels, opérations de co-investissement et partenariats avec des organismes publics et privés.

Toutes les entreprises, des filiales de compagnies multinationales aux petites entreprises artisanales locales, ont un rôle à tenir dans la lutte contre la maladie et disposent d’une large gamme de possibilités d’action, variables en impact et en complexité.

Au-delà des interventions menées en médecine du travail, au-delà de leur responsabilité sociale d’entreprise proposant aux employés et à leurs ayants droit des programmes de prise en charge de la maladie, les entreprises peuvent aujourd’hui insérer leurs actions dans une approche globale de partenariat au bénéfice des communautés et apporter leurs compétences et leur valeur ajoutée professionnelle à la mise en œuvre de programmes de santé.

Le co-investissement est une forme de partenariat public privé (PPP) par lequel les entreprises et en particulier les filiales de firmes multinationales contribuent à un accès équitable aux services de santé contre les pandémies. Par un investissement conjoint, harmonisé et coordonné de ressources publiques et privées, co-investir apporte une réponse plus globale et plus efficace aux problèmes de santé dans un contexte de ressources limitées, en utilisant les compétences disponibles et en créant des synergies existant entre les différents partenaires.

Depuis une dizaine d’années, des entreprises pionnières se sont engagées dans les co-investissements en santé. Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, conçu comme un partenariat public privé, soutient les co-investissements, qui font partie intégrante des programmes financés. Les expériences de co-investissement se généralisent selon des modèles très divers, dépendant des secteurs d’activité – production ou services – de l’entreprise, de ses réseaux et de son insertion dans le tissu social.

La conférence « Les co-investissments en santé : de l’idée à l’action », organisée par les Amis du Fonds Mondial Europe se propose d’identifier différents modèles de co-investissement en éclairant les apports de ces initiatives, la façon dont elles ont pu se mettre en place et leur insertion dans les programmes nationaux de santé. Deux débats aborderont deux angles spécifiques de la question des co-investissements.
Considérant l’ampleur des financements apportés dans les pays par le Fonds mondial, un premier débat s’intéressera aux enjeux de ces opérations de co-investissement dans le cadre des programmes qu’il finance.
Pour clore cette conférence, un débat sur l’avenir et la pérennité des co-investissements en santé dans les pays du Sud, inscrira la réflexion sur les co-investissements dans une perspective de long terme à la fois pour les pays et pour les entreprises.

PROGRAMME

INTRODUCTION

Michèle Barzach, Ancien Ministre, Présidente des Amis du Fonds Mondial Europe

SESSION 1 : LES CO-INVESTISSEMENTS PUBLICS PRIVES AUJOURD’HUI

● Co-investir dans la santé : existe-t-il différents modèles ? télécharger la présentation
Regina Castillo, Directrice des partenariats avec le secteur privé, ONUSIDA

 Co-investir : l’engagement des entreprises et leurs liens avec les programmes nationaux et les autorités télécharger la présentation
Richard Kasesela, Président de la Coalition Pan Africaine des Entreprises contre le VIH/sida et Coordinateur, Coalition des Entreprises contre le sida, Tanzanie

● Co-investir par filière de services et de production télécharger la présentation
Robin Jackson, Présidente du Conseil de Surveillance, North Star Alliance

● Co-investir avec le Fonds mondial : les avancées télécharger la présentation
Pallavi Rai, Manager co-investissements, Département des partenariats, Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme

● Le partenariat Fonds mondial / Standard Bank – Projection d’un film documentaire sur ce partenariat télécharger la présentation
David Pitts, Directeur, Gouvernement et Organisations Internationales, Standard Bank

DEBAT : DECIDER DE CO-INVESTIR DANS LA SANTE : LES ENJEUX POUR L’ENTREPRISE ET LES PAYS

● Décider de co-investir en santé dans les pays du Sud – de la décision en entreprise aux résultats télécharger la présentation
Steve Knowles, Coordinateur du programme de lutte contre le paludisme, AngloGold Ashanti, Ghana

● Décider d’intégrer le secteur privé dans les programmes de santé nationaux – la décision des pays télécharger la présentation
Dorothée Kinde Gazard, Ancien Ministre de la Santé Publique du Bénin, Ancien coordonnateur du PNLP, Présidente du CCM Fonds Mondial

Débat : Co-investir avec le Fonds mondial : quels enjeux et quelles opportunités ?

Animé par Patrick Pépin, journaliste, éditorialiste

Discutants :
Christoph Benn, Directeur du Département des partenariats et des relations externes, Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme ;
Richard Kasesela, Président de la Coalition Pan Africaine des Entreprises contre le VIH/sida et Coordinateur, Coalition des Entreprises contre le sida, Tanzanie ;
Dorothée Kinde Gazard, Ancien Ministre de la Santé Publique du Bénin, Ancien coordonnateur du PNLP, Présidente du CCM Fonds mondial ;
Steve Knowles, Coordinateur du programme de lutte contre le paludisme, AngloGold Ashanti, Ghana ;
David Pitts, Directeur, Gouvernement et Organisations Internationales, Standard Bank ;
Natalya Podogova, Directrice, Russie et CEI, Coalition mondiale des entreprises contre le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme (GBC)

SESSION 2 : LES ENJEUX LOCAUX DES CO-INVESTISSEMENTS : QUELS ROLES POUR QUELS PARTENAIRES ? 

Le rôle de l’industrie pharmaceutique dans les co-investissements au niveau national
Robert Sebbag, Vice Président Accès au Médicament, Sanofi-Aventis

● Quelle implication du secteur privé local dans les co-investissements en santé ?télécharger la présentation

Erick Maville, Directeur Europe, Coalition mondiale des entreprises contre le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme (GBC) ;
Jeanne Dina Nfon Priso, Secrétaire permanent, Coalition de la communauté des affaires contre le sida, la tuberculose et le paludisme au Cameroun

● L’apport de la société civile dans les co-investissements télécharger la présentation
My Ahmed Douraidi, Coordinateur national des sections de l’Association marocaine de lutte contre le sida (ALCS)

DEBAT : LES CO-INVESTISSEMENTS, UNE REPONSE DURABLE AUX ENJEUX DE SANTE MONDIALE ?

Animé par Patrick Pépin, journaliste, éditorialiste

Discutants :
Christoph Benn, Directeur du Département des partenariats et des relations externes, Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme ;
My Ahmed Douraidi, Coordinateur national des sections de l’Association marocaine de lutte contre le sida (ALCS) ;
Catherine Ferrant, Directrice du mécénat, Déléguée générale de la Fondation Total ;
Sophia Kisting, Directrice du Programme du BIT sur le VIH/sida et le monde du travail, Bureau International du Travail ;
Steve Knowles, Coordinateur du programme de lutte contre le paludisme, AngloGold Ashanti, Ghana ;
Robert Sebbag, Vice Président Accès au Médicament, Sanofi-Aventis

CONCLUSION Michèle Barzach, Ancien Ministre, Présidente des Amis du Fonds Mondial Europe télécharger la conclusion

Share This